Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com

Lundi 17 novembre 2014

Crémant de Savoie : le dernier né des crémants "n’inondera" pas le marché !




« La Savoie a toujours eu une tradition en termes d’effervescents, avec les méthodes traditionnelles et le pétillant », se défend Michel Quénard, président de l’ODG des vins de Savoie, lorsqu’on le questionne sur les raisons d’être de ce nouveau produit. Et de renchérir : « Ce que nous voulons, ce n’est pas ressembler à d’autres crémants de France, mais avoir une typicité. L’acceptation du Crémant de Savoie par l’Inao est pour nous une reconnaissance de la qualité et de l'originalité de notre produit »… Une typicité qui devrait être garantie par l’encépagement du nouveau breuvage : le cahier des charges impose un minimum de 60% de cépages locaux – Jacquère et Altesse – dans les vins de base. Ce taux pouvant donc aller jusqu’à 100%. La Jacquère doit par ailleurs atteindre un minimum de 40% de l’encépagement total. « Ce cépage amène de la fraîcheur, une légèreté certaine, de la finesse et une qualité de bulle ; au final, on obtient des vins élégants et qui correspondent aux attentes des consommateurs », argumente Michel Quénard.

 

2014 marquera donc pour les viticulteurs savoyards et les coopératives vinicoles de la région l’année d’entrée en production du Crémant de Savoie. En dehors des méthodes « Ayze » et « Seyssel », l’élaboration de méthodes traditionnelles et de pétillants est dorénavant proscrite. « Le changement et la principale contrainte introduits par le nouveau cahier des charges se situe au moment de la récolte », indique le président de l’ODG. Celle-ci doit obligatoirement être manuelle et se faire en caisses percées, afin de préserver au maximum la qualité des raisins. Le syndicat a également choisi d’imposer aux producteurs, dès le mois de mars précédent la récole, l’affectation de leurs parcelles. « Le surcoût de production qui découle des nouvelles contraintes devrait être compensé par la petite augmentation du rendement autorisé et par une meilleure valorisation, aux alentours de 6,50€- 8€ la bouteille au niveau de la distribution », précise Michel Quénard. Ce nouveau produit permet aussi aux vins de Savoie de se créer un nouveau débouché pour la Jacquère, qui peine actuellement à se valoriser en vin tranquille.

 

En terme de volumes, l’ODG souhaite à terme doubler la production par rapport à celle actuellement générée par les méthodes traditionnelles AOC et les pétillants. Ainsi, de 4% du volume total de vin produit en Savoie, soit 5.000 hl environ, cette part passerait à 8%, soit 10.000 hl environ, l’équivalent de 1,3 millions de bouteilles. « Nous n’allons donc pas inonder le marché de Crémants ! », tente de rassurer Michel Quénard.  Quoi qu’il en soit, l’objectif ne devrait de toutes façons pas être atteint cette année : la faiblesse des stocks de vins tranquilles dans les chais suite à la petite récolte 2013, couplée à l’incertitude liée à l’obtention de l’appellation au moment de l’affectation parcellaire en mars dernier, ont conduit les viticulteurs à rester prudents sur les surfaces engagées. Le volume total 2014 ne devrait donc pas dépasser les 5.000 hl, soit 600.000 bouteilles...

 

L’appellation devrait être reconnue officiellement par décret d’ici décembre. Celui-ci aura, « si tout va bien », un effet rétroactif sur la récolte 2014. Les opérateurs devant respecter une durée d’élevage de 12 mois minimum à compter de la date de tirage (décembre 2014), les premières bouteilles étiquetées « Crémant de Savoie 2014 » ne seront donc pas disponibles avant décembre 2015. « Nous prévoyons une commercialisation sur le marché régional et national, mais aussi à l’export, avec comme pays cibles les Etats-Unis et l’Asie », précise Michel Quénard. Cette première mise sur le marché sera accompagnée d’une campagne de promotion lancée par l’interprofession.

Crédit photo: CIVS

 
Intervignes est édité par Vitisphere, siège social 1500 avenue de la pompignane - 34000 Montpellier
N° d'inscription CNIL 738619. Copyright © 2018 intervignes.com Tous droits réservés