Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com
  • Le prix des vignes déprime à Bordeaux, déchante dans le Rhône, dégrise à Cognac, défie en Bourgogne?
  • Un sondage pour chiffrer l'arrachage des vignes à 2 500 et 4 000 ?/ha
  • Nouveau cru classé de Sauternes pour la famille Planty
  • La SAFER répondra devant la justice de la vente du grand cru classé à 72 millions ?
  • Cave coopérative propose fermage gratuit de 15 hectares de vignes
  • Changement de fermier pour ce grand cru classé de Barsac
  • Pas de "grand soir du foncier" agricole, mais de "nouveaux outils de portage"
  • Deux désistements pour le futur classement des crus bourgeois du Médoc
  • Les vins AOC mobilisés pour réviser la fiscalité des cessions de vignoble en 2024
  • Un fonds d?investissement lyonnais s?implante dans le vignoble de Bourgogne

Mardi 06 septembre 2022

Ce winemaker délaisse la Californie pour parier sur la fraîcheur du Beaujolais


Souhaitant prendre de la hauteur et de la pluviométrie, le winemaker Jonathan Pey vient d?acheter des vignes à Morgon pour développer un nouveau projet destiné au marché américain.

Ce winemaker délaisse la Californie pour parier sur la fraîcheur du Beaujolais

Ayant construit pendant 37 ans sa carrière dans les vins californiens (en travaillant pour Robert Mondavi, en cofondant avec sa défunte épouse Textbook Napa Valley…), Jonathan Pey revient à ses racines familiales et étudiantes en vendangeant et vinifiant actuellement dans le Beaujolais, où il vient de fonder le domaine Pey, sur le lieu-dit Bellevue à Belleville-sur-Saône. Ayant racheté deux parcelles de 2 hectares de vieilles vignes à la maison Louis Jadot, le winemaker croit dans le potentiel de « ces vignes de gamay à plus haute altitude et à faible rendement ».

Un intérêt nourrit par les effets du changement climatique sur la côte ouest des États-Unis : « depuis plusieurs années, j'ai vu les problèmes de la chaleur et la sécheresse en Californie. Les feux dans les forêts et la fumée. Je voulais trouve un endroit plus élevé, plus frais, et qui offre de la pluie (que nous ne voyons pas en Californie !) » témoigne Jonathan Pey. Cherchant un domaine en France, il n’est pas convaincu par certains visites (Alsace, Languedoc, Loire…) et écarte les vignobles aux prix trop élevés (Bordeaux, Bourgogne, Champagne…) pour se souvenir du Beaujolais dont il a fait commerce au début de sa carrière (étant agent commercial pour Louis Jadot en 1985 sur le marché américain).

Liste à la Prévert

Pour le winemaker, « les crus de Beaujolais offrent plusieurs choses. Le climat - il pleut ! Le froid de l'hiver. Les vieilles vignes ! L’altitude (mon site est à 400 mètres et la fraîcheur offre des possibilités). La diversité des sols avec du granit. Les pentes. Des grandes ou petites propriétés » liste-t-il à la Prévert. S’il note que l’été 2022 aura été particulièrement chaud et sec pour les vignes, « les raisins en Morgon sont en très bonne forme » ajoute-t-il, confiant dans l’avenir. N’étant pas doté d’un cuvier et d’un chai, Jonathan Pey va faire appel aux outils de la vigneronne Julie Pitoiset pour cette première récolte, qui doit marquer un début de conversion vers l’agriculture biologique.

Commercialement, alors que les vins de Bourgogne voient leurs prix s’envoler, Jonathan Pey compte positionner ses vins en alternative qualitative et accessible aux États-Unis. « Le marché américain est très grand, complexe et compétitif. Je connais très bien le marché et je pense que je peux aider un petit peut à l’agrandir pour les crus du Beaujolais avec le vin que je vais produire a Morgon » conclut-il.