Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com
  • Le groupe Bollinger acquiert le domaine Hubert Brochard

Vendredi 08 juillet 2022

Nicolas Sarkozy n’aime toujours pas le vin, mais devient copropriétaire d’un vignoble


De la présidence à la Provence, l’ancien chef de l’État dévoile sa prise de participation dans un domaine viticole aux côtés des familles Courbit et Prats.

Nicolas Sarkozy n’aime toujours pas le vin, mais devient copropriétaire d’un vignoble

Intégralement cédé en 2020 par la famille Reboul-Schneider, le château d’Estoublon appartient désormais à Stéphane Courbit (groupe hôtelier Lov Group), à la famille Prats (anciennement propriétaire du château Cos d’Estournel) et… au couple formé par la chanteuse Carla Bruni et l’ancien président Nicolas Sarkozy rapporte Paris Match. Proposant une offre hôtelière haut-de-gamme (avec un restaurant), le domaine provençal produit de l’huile d’olive (avec 120 hectares d’oliviers) et des vins (avec 18 ha de vignoble). S’appuyant sur l’expertise technique de l’œnologue Anaïs Maillet, Carla Bruni indique à Gala s’impliquer dans la création des cuvées du domaine : « je ne me suis pas juste contentée de déposer ma marque » Roseblood (lancée en 2021) indique-t-elle, précisant que « concernant l'assemblage, nous avons bien sûr notre mot à dire mais cela reste tout de même relatif. Nous donnons nos impressions. »

Dans cet entretien résolument people, Carla Bruni rappelle que si l’ancien président Nicolas Sarkozy ne consomme pas d'alcool, elle le cite prenant la défense de la filière vin lors de son passage à l’Élysée : « je ne bois pas de vin et je m'intéresse pourtant beaucoup au vin français. On n'a pas besoin de pratiquer quelque chose pour s'y intéresser, vouloir développer ou créer. » D’après Carla Bruni, Nicolas Sarkozy reste sur la réserve pendant les dégustations de vin : « il l'a senti, goûté et recraché. Il aime le parfum du vin seulement, il n'aime pas le goût et je pense qu'il n'aime pas le lâcher-prise non plus. C'est peut-être une bonne chose. Mon mari est tellement vibrant. S'il avait goûté à l'ivresse, je ne sais pas où on en serait (rires). »