Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com

Jeudi 23 juin 2022

La grêle frappe encore les vignes du Beaujolais et de la Bourgogne


Les jours passent et les épisodes de grêle se suivent. Ce mercredi 22 juin a vu éclater un violent orage chargé de grêlons qui a navigué des côtes du Forez jusqu'au nord de la Bourgogne en passant par le Beaujolais et le Mâconnais.

La grêle frappe encore les vignes du Beaujolais et de la Bourgogne

Et de quatre… Après les épisodes de grêle de dimanche 19 juin, du lundi 20 juin puis du mardi 21 juin dans différentes zones du vignoble français, de nouveaux dégâts sont constatés dans certains secteurs du Beaujolais et de Bourgogne suite au fort épisode orageux de la fin d’après-midi du mercredi 22 juin.

Alors qu’un phénomène particulièrement violent s’est abattu sur la ville de Roanne et ses environs, « le vignoble de la côte roannaise, sur un coteau long de 20 kilomètres, a reçu beaucoup d’eau mais n’a déploré aucun dégât lié à la grêle, alors que l’autre petit vignoble du secteur, celui des côtes du Forez, a été bien touché », explique Anne-Catherine Léger, conseillère viticole à la chambre d’agriculture de la Loire.

Rebelote

« Autour du village de Boën, nous pouvons considérer qu’une quarantaine d’hectares a été fortement touchée, entre 70 et 100 % de pertes de récolte. Ces surfaces paraissent peu importantes mais c’est un tiers du vignoble de cette appellation », situe la conseillère viticole.

Plus à l’est, le Beaujolais a à nouveau subi les affres de la grêle à l’ouest de Villefranche/Saône, « dans le secteur de Saint-Julien et Blacé », précise Florence Hertaut, du service viticulture de la chambre d’agriculture du Rhône. Les 1ère estimations de David Ratignier, président de l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) des appellations Beaujolais et Beaujolais-Villages, font état « d’environ 150 hectares qui ont subi un épisode de grêle très violent, avec une tornade qui a fait tomber des arbres ».

« Entre les différents épisodes, on est en train de petit à petit cumuler les surfaces touchées, on ne doit plus être très loin des 500 ha à travers le Beaujolais », poursuit le président de l’ODG. Comme une vague qui n’en finit plus depuis la fin de la canicule, la grêle s’est à nouveau abattu plus au nord, en Bourgogne, dans le mâconnais et les côtes de Nuits.

Fortes pluies

« C’est le 2ème coup de grêle dans cet espace de quelques jours », relève Benjamin Alban, chef de service Vigne & Vin de la chambre d’agriculture de Saône et Loire, « avec des dégâts très localisés et donc hétérogènes entre secteurs très proches. Nous arrivons à quelques centaines d’hectares pour lesquels il faudra déterminer les pourcentages d’atteinte ». Il estime que les grêlons étaient de différentes tailles et parfois mêlés à de la pluie, « ce qui a permis de limiter les dégâts, même si nous sommes encore inquiets des prévisions orageuses qui sont encore annoncées ».

Au nord des côtes de Nuits, Benoît Bazerolle, conseiller viticulture à la chambre d’agriculture de Côte d’Or, décrit lui aussi un épisode orageux particulièrement violent, « alors que nous avions déjà subi un deux jours avant, avec beaucoup de parcelles touchées au stade très sensible de la fermeture de la grappe », ajoute-t-il.

Ce coup-ci, la grêle s’est concentrée dans la zone allant de Nuits-Saint-Georges à Gevrey-Chambertin et Brochon. « Comme toujours, les dégâts sont très aléatoires et hétérogènes à l’échelle d’un coteau, mais de fortes pluies ont marqué cet épisode, de 50 à 100 mm dans l’espace de 15 minutes selon les secteurs. Les chemins d’accès aux vignes sont complètement bouchés aujourd’hui et il y a eu une coulée de boue dans le village de Gevrey », complète le technicien.

Les vignobles de l'Yonne n'ont pas été touchés.