Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com
  • Le groupe Bollinger acquiert le domaine Hubert Brochard

Mercredi 25 mai 2022

Pour la Safer, il est urgent de soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs


Ce 24 mai, lors d’une conférence de presse, la FNSafer a alerté sur la nécessité de soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs pour préserver l’autonomie alimentaire de la France

Pour la Safer, il est urgent de soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs

Renouveler les générations et vite. Pour la Safer il y a urgence. Les statistiques parlent d’elles même : 25 % des chefs d’exploitation, coexploitants et associés actifs (toutes productions confondues) avaient 60 ans ou plus en 2020 selon les données du dernier recensement. « Il y a un vrai enjeu autour de la transmission et de l’installation de jeunes agriculteurs. C’est un enjeu économique réel », a insisté Emmanuel Hyest, le président de la Fédération nationale des Safer, ce 24 mai lors d’une conférence de presse dédiée aux marchés fonciers ruraux en 2021.

S’il existe aujourd’hui de nombreux dispositifs pour accompagner les cédants et soutenir les repreneurs (point accueil installation et répertoire départ installation des chambres d’agricultures, aides de l’Etat, soutiens financiers des coopératives, des banques… ), la Safer observe que le foncier est trop souvent orienté vers l’agrandissement. Les causes selon elle ? Les difficultés économiques engendrent des cessations anticipées. Et les exploitants en mesure de racheter s’agrandissent pour réduire leurs coûts de production et compenser la diminution de leurs revenus. De plus les propriétaires-bailleurs sont davantage rassurés par des exploitants que par des candidats à l’installation….

Un risque pour la résilience des entreprises

Selon la Safer, cette concentration des exploitations présente un risque pour la biodiversité, le paysage, leur résilience face aux aléas climatiques…Pour elle, il est donc « urgent de soutenir l’installation de nouveaux agriculteurs ! ». « Il faut attirer les jeunes et les moins jeunes vers les métiers de l’agriculture. Il faut inventer de nouvelles solutions pour permettre concrètement leur installation et les financer. Il faut garantir à nos agriculteurs une activité rémunératrice et des débouchés. Il faut accepter tous les modèles d’agriculture, toutes les productions », plaide Emmanuel Hyest. Selon lui il est également nécessaire de mettre en cohérence et de prioriser les politiques publiques. « Pour moi, l’alimentation doit précéder l’énergie (…) partout le territoire doit être productif. Il ne faut pas de zones non productives. Il en va de notre sécurité alimentaire… », a-t-il insisté.