Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com

Mercredi 06 avril 2022

Ce cru bourgeois du Médoc cédé par ses investisseurs chinois à une famille française [actualisé]


Appartenant au géant chinois des spiritueux Kweichow Moutai, le château Loudenne, vient d'être vendu à la famille Gouache pour mettre un terme à des blocages venant de l'administration chinoise.

Ce cru bourgeois du Médoc cédé par ses investisseurs chinois à une famille française [actualisé]

Le château Loudenne a été vendu par le groupe de spiritueux chinois Kweichow Moutai à la famille Gouache, également propriétaire des châteaux Bellerive et Valeyrac (Vignobles Gouache). Le domaine a officiellement annoncé la vente sur les réseaux sociaux, pour un montant non divulgué.

Le 24 novembre 2021, la situation financière difficile du domaine a été officiellement révélée lorsqu’il a fini par être mis à la vente par le tribunal de commerce de Bordeaux en raison de salaires et de factures impayés. À cette occasion, le domaine a invoqué comme principales causes les contraintes imposées par le gouvernement chinois aux entreprises d'État comme Kweichow Moutai, rendant impossible la mise en œuvre de plans d'investissement qui permettraient de poursuivre les activités du domaine.

De grandes ambitions

Suite à la transaction, Christophe Gouache a déclaré : « le rachat de Loudenne est un projet familial aussi nous avons l’intention de nous installer dans le Médoc. J’en suis convaincu, la conversion en bio de Château Loudenne représente un atout considérable afin de contribuer à préserver l’environnement naturel du Château Loudenne et ses alentours, de procurer des conditions de travail saines à nos salariés et de proposer des produits respectueux de l’environnement à nos clients ». Le domaine, dont l’histoire remonte à plus de 350 ans, a été acheté par Moutai pour un montant estimé à 20 millions d'euros à la famille Lafragette en 2013. L’achat est intervenu au moment où le fabricant de baijiu de luxe s’essayait au commerce du vin, le gouvernement chinois ayant entamé une politique de répression à l’encontre des ventes de baijiu de haut de gamme.

Le château Loudenne, premier achat de vignoble pour la société de spiritueux la plus connue de Chine, devait incarner l'ambition croissante du géant des spiritueux d’élaborer et d'importer des vins pour le marché chinois en pleine expansion. Grâce au vaste réseau commercial de Moutai et à son actionnariat chinois, la propriété visait à l'époque à revendre 50 % de ses vins sur le marché chinois. Moutai a d’ailleurs investi 5 millions d'euros dans la modernisation de la cave ainsi que 2 millions d'euros dans le développement de l'œnotourisme, son but avoué étant de positionner le château au premier rang des Crus Bourgeois.

Disgrâce

Au final, le domaine a peiné à commercialiser ses vins sur le marché chinois – seuls 10 % y étant vendus – et à développer son rayonnement à l'exportation. C’est ce qu’a constaté son directeur Philippe de Poyferré lors d'une visite en 2019. Les ennuis ont suivi. Deux ans seulement après le rachat, la cave a été accusée par trois employés chinois d'arriérés de salaire non payés et de rupture illégale de contrats, selon les médias français. "Aucun salaire n'a été impayé et tous les fournisseurs vont être réglés intégralement dans les semaines à venir" précise Philippe de Poyferré suite à la publication de cette article, ajoutant que "la procédure via le tribunal de commerce a été souhaité par les actionnaires de Loudenne pour permettre de résoudre une situation de blocages par l'administration Chinoise tout en protégeant Loudenne, ses salariés et ses fournisseurs".

La raison pour laquelle Moutai a finalement décidé de mettre fin au projet n'est pas claire, mais l'expansion viticole du groupe a été orchestrée sous l’égide de Yuan Renguo, aujourd'hui en disgrâce.

Le château Loudenne s'étend sur 132 hectares, au cœur desquels s’érige un château de couleur rose datant du 17e siècle. À son apogée, il a accueilli des sommités telles que Winston Churchill et la princesse Margaret de Grande-Bretagne. Cette année, le domaine vient d’achever sa conversion biologique et ses vins seront certifiés bios à partir du millésime 2022.