Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com

Jeudi 10 mars 2022

Fusion de caves coopératives en terre catalane


Dans les Pyrénées-Orientales, la cave des vignerons du château de Calce veut fusionner avec les vignobles Dom Brial. Un projet dédié au bio devrait suivre.

Fusion de caves coopératives en terre catalane

Les vignerons de la Cave du château de Calce apporteront désormais le raisin à Dom Brial. La petite cave, avec sa vingtaine de vignerons et Dom Brial, mastodonte aux 220 coopérateurs, ont décidé de mêler leurs énergies, l’affaire devrait être entérinée le 29 mars. Les deux parties avancent une logique de territoire, Dom Brial, dont le fief est à Baixas, ayant déjà des vignes à Calce comme dans 30 autres communes alentours.

Valérie Balmigère, présidente de la cave du Château de Calce, souhaitait se délester de la partie administrative, « devenue trop lourde à porter pour une petite structure », assure-t-elle. La petite coopératrice voit aussi des bénéfices dans « l’important outil de production et le réseau commercial de Dom Brial ». Le Chai de Calce restera actif et conservera son nom. La Maison Dom Brial y voit l’opportunité de créer une niche spécialisée en bio.

L’opportunité d’une niche bio

« Actuellement, le bio représente 10 % de nos vignes, soit 180 ha. Notre stratégie est de valoriser le site de Calce qui a du potentiel, pour monter en gamme sur le bio et porter notre communication », se réjouit François Capdellayre, le président de Dom Brial. Multiplier les niches, une politique que Dom Brial a déjà engagée l’an dernier avec ses premières cuvées de vins AB sans sulfites. Concernant la méthode de travail, « avoir un chai de vinification dédié au bio permettra de segmenter notre production (entre 60 000 et 80 000 hl/ha par an, NDLR) et donc de gagner de la souplesse en cave », ajoute le président.

Vignerons insoumis

On ne sait ce qu’auraient pensé les anciens vignerons calçois, surnommés « les vignerons insoumis depuis 1932 », de ce repli dans les rangs baixanencs. « Il faut vivre avec son temps », tranche Valérie Balmigère, qui dit espérer dans ce rapprochement un avenir plus serein. « On verra le résultat dans 4 à 5 ans », évalue-t-elle.