Achat, vente, location de vignes, vignobles, propriétés et domaines viticoles
 
L'actualité du foncier viticole
A lire aussi sur intervignes.com
  • Sauvez vos jeunes plants de l'asphyxie

Mardi 26 mai 2020

Des vendanges 10% plus chères pour mettre en place les mesures barrières


En Champagne, la Maison Duval-Leroy estime que la mise en place des mesures liées à la gestion du Covid vont lui coûter entre 90 000 € et 110 000 €.

Des vendanges 10% plus chères pour mettre en place les mesures barrières

Pour vendanger 200 hectares, la Maison de Champagne Duval-Leroy dépense chaque année près d’un million d’euros. Cette année, l’addition s’annonce encore plus salée. Charles Duval-Leroy a fait ses calculs. Avec le Covid, elle devrait grimper de 10%. « Bien sûr, nous avons commandé des masques, du gel, et du matériel de protection pour nos 400 coupeurs et cuvistes, mais cela ne représente finalement que 1 voire 2% des 100 000 euros de surcoût » détaille le directeur du commerce, du marketing et de la communication de la Maison.

Le plus gros des dépenses vient du transport. « Pendant les vendanges, nous réquisitionnons 60 de nos employés permanents. Ils sont conduits dans les vignes et centres de pressurage dans des camionnettes à 9 places. Cette année, nous allons devoir en louer 3 fois plus, car seul un siège sur trois pourra être occupé. »

La Maison a également recours aux services de 300 saisonniers, recrutés par des prestaires. « Et là, ce n'est plus de camionnettes dont nous avons besoin mais de bus de 50 places, extrêmement coûteux. D’autant plus qu’avec la tension sur la demande, les prix de location risquent d’augmenter » anticipe Charles Duval-Leroy, espérant que des bus scolaires pourront être mis à disposition des vignerons, le démarrage des vendanges étant prévu pour le 20 août.

5 à 10% de temps de travail supplémentaire

Dans les vignes, les coupeurs seront répartis un rang sur trois. « Nous comptons 5 à 10% d'heures de travail supplémentaire, et donc de salaire, le temps de s’organiser et de repasser dans les rangs oubliés. Nous allons aussi mettre en place des pauses plus régulières, pour que les vendangeurs puissent aller se laver les mains » explique Charles Duval-Leroy.

La Maison a aussi prévu d’instaurer des prises de poste et des déjeuners en décalé. « Nous allons mettre en place un service à midi et un service à 13h, poursuit le directeur commercial. Cela devrait suffire car nous avons la chance d’avoir un grand réfectoire pourvu d’une multitude de petites tables. Il sera aisé de faire respecter les règles de distance. »

Nous allons utiliser beaucoup de dessins et de pictogrammes pour faire passer les messages de sécurité aux saisonniers bulgares

La plupart des saisonniers de la Maison sont bulgares. « Pour faire passer les messages de sécurité, nous allons avoir recours à dessins et à des pictogrammes. Nous en avons l'habitude. Nous les afficherons dans les salles communes et dans les bus. Et nous les reproduirons dans un carnet mis à la disposition de chaque chef d’équipe. Ceux-ci redonneront les consignes à tout le monde en début de chantier. »

La Maison Duval-Leroy n’a pas besoin d’héberger ses saisonniers. On peut supposer que les vignerons pour qui c’est le cas verront encore la note des vendanges à venir s’allonger.

 
Intervignes est édité par Vitisphere, siège social 1500 avenue de la pompignane - 34000 Montpellier
N° d'inscription CNIL 738619. Copyright © 2020 intervignes.com Tous droits réservés